Avertir le modérateur

03/10/2011

«Two Broke Girls», la série qui parle aux Américains

twobrokegirls.jpg

Il y a quelques années, Michael Patrick King produisait Sex And The Cityc’était quand les très riches restaient très riches, et que le champagne coulait sur New York. Aujourd’hui, il y a Two Broke Girls. La série de CBS (le titre signifie Deux Filles fauchées) raconte les préoccupations des Etats-Unis d’aujourd’hui.

1)      Les riches devenus pauvres

Les très très riches aux Etats-Unis ont commencé à s’appauvrir, sans compter ceux qui se sont appauvris à cause des Madoff. L’une des deux héroïnes de la série représente le côté Madoff de la crise. Elle est riche, porte un tailleur Chanel, croit que Brooklyn est un lieu mal famé. Caroline (Beth Behrs) se retrouve démunie alors que son père a fait faillite exactement comme ce bon Bernie, et plus personne ne veut la fréquenter. Elle se retrouve donc serveuse dans un diner de Brooklyn. Mais les riches étant, c’est bien connu, toujours prêts à dépouiller les pauvres, Caroline parvient par exemple à extorquer deux dollars à un clochard qui lui réclamait de l’argent.

2)      Les pauvres toujours pauvres

En face de Caroline, voilà Max, qui cumule deux emplois, l’un dans le diner – où elle rencontre Caroline – l’autre en tant que baby-sitter de riches (restés riches). L’accumulation de plusieurs emplois est de plus en plus fréquente aux Etats-Unis: la crise, évidemment. Caroline incarne donc le côté pauvre et évidemment recueille Caroline chez elle, qui ne sait plus où dormir.

3)      Comment se sortir de la crise, mode d’emploi

Mais 2 Broke Girls, non content de représenter la façon dont l’Amérique se voit aujourd’hui (forcément plus pauvre, forcément un peu dans la mouise) propose un peu le mode d’emploi. A l’instar de tous les articles qui ont pullulé pour expliquer à quel point la crise, la perte d’un emploi, le chômage, étaient l’occasion de se reconvertir et de réaliser ses rêves, la série met les deux héroïnes sur la voie de la reconquête du monde. Elles s’apprêtent à monter leur propre business de cupcakes. «Seulement» 250.000 dollars à amasser pour se lancer, en attendant, elles doivent préparer leurs pâtisseries la nuit et les vendre au diner. Chaque épisode les voit évoluer dollar par dollar, en affichant à la fin de chacun le compte de ce qu’il leur reste. 364,25 dollars pour l’épisode 2. Plus que 249.000 dollars et des poussières à amasser. Combien de cupcakes Max et Caroline devront-elles vendre? Et dire que dans Sex and the City, les héroïnes allaient se bâfrer après s’être payé une paire de Jimmy Choo.

 

C.P.

Commentaires

Je pense que l'auteur de cet article voit beaucoup plus de "messages" relates dans cette serie que ce que les auteurs (de la serie) en ont l'intention... si cela veut dire quelque chose!! Dommage surtout que la serie soit surtout un peu vulgaire sur les bords, cliche a souhaits (CBS oblige) et surtout, surtout, impardonnable pour une sitcom: vraiment pas drole!

Écrit par : RNico | 04/10/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu