Avertir le modérateur

07/11/2011

A la rencontre du Monsieur Sciences de «The Big Bang Theory»

 

attachment.jpg

(Warner Bros. Television Entertainment/Greg Gayne)

David Saltzberg a le job le plus cool du monde. Entre un voyage en Suisse pour jouer avec le Large Hadrons Collider et deux cours de physique et d'astronomie qu'il enseigne à UCLA, il officie comme conseiller scientifique sur la série The Big Bang Theory. Il a reçu 20minutes.fr dans son bureau à Los Angeles et répondu à nos questions, en français s'il vous plaît.

Au nom de tous ceux qui ont fait des cauchemars à cause de la thermodynamique, comment devient-on conseiller scientifique sur une série télé?

Un peu par hasard. Un collègue et ami, Peter Gorham, avec qui j'étais en Antarctique, m'a proposé de travailler sur un pilote. La première version n'a pas été retenue par CBS. Ça se passait dans le New Jersey, c'était plus sombre. Les responsables ont voulu visiter des appartements d'étudiants pour être authentique, mais finalement la réalité était trop déprimante. La 2e version du pilote, en Californie, fut la bonne.


Etes-vous surpris qu'une série mettant en scène des scientifiques ait autant de succès?

On ne sait jamais avec une série. Mais le principe ici, c'est qu'il n'y a pas besoin de comprendre la science pour comprendre l'histoire. Parfois, les personnages ont des discussions complexes, mais Penny (leur voisine, une apprentie actrice très blonde) est toujours là pour représenter les spectateurs.

Comment se déroule la collaboration avec les scénaristes?

Parfois, ils me demandent juste de corriger le script, pour vérifier que la science est correcte. De temps en temps, ils veulent des idées, et ils laissent un blanc [science à venir]. Je leur fais alors plusieurs suggestions, en essayant de coller à l'actualité, comme sur le Boson de Higgs ou la controverse sur la vitesse de la lumière.

Et parfois en l'anticipant, comme sur la panne des toilettes de la Station internationale (ISS)?

Ce fut une coïncidence amusante. Les scénaristes ont imaginé une panne sur les toilettes de l'ISS et on a fait des recherches pour voir où était le point faible. Deux ou trois semaines plus tard, ça s'est vraiment produit.

Pour chaque épisode, vous écrivez de nouvelles équations sur la tableau velleda de l'appartement. Avez-vous des retours?

Je crois que c'est un jeu chez les scientifiques de vérifier qu'il n'y a pas d'erreur sur le tableau. Un étudiant m'a écris une fois. Il pensait que j'avais inventé un symbole. En fait, il ne l'avait pas encore découvert en cours.

Faire rire avec les sciences, c'est facile?

Cela se joue beaucoup sur le choc des cultures et le rythme. Il y a un rythme unique à la sitcom sur lequel les scénaristes travaillent beaucoup. C'est pour ça qu'ils me demandent souvent plusieurs versions, avec différentes longueurs pour les dialogues.

Les acteurs comprennent-ils ce qu'ils disent?

Ils prétendent que non. Jim Parsons (Sheldon, ndr), dit qu'il n'a suivi qu'un seul cours scientifique à la fac, en météorologie, et qu'il a eu un F (la plus mauvaise note possible, ndr). Une fois, il a quand même trouvé une erreur dans un script, où j'avais écris «electric dipole» au lieu d' «electrical dipole», donc je crois qu'il en sait plus qu'il ne l'admet. Mais en général, les acteurs s'intéressent plus aux vérités humaines que scientifiques. Ils cherchent à savoir pourquoi leur personnage dit telle ou telle chose, comprendre le contexte.

Avec l'arrivée de l'actrice Mayim Bialik (Amy), vous vous sentez moins seul?

Oui, elle a un doctorat en biologie, donc elle peut faire pour son domaine ce que je fais pour la physique.

Que peut-on attendre pour la suite côté sciences?

On va voir si les si les scénaristes décident d'envoyer Howard dans l'espace vers l'ISS. Huit experts de la Nasa sont venus sur le set, au cas ou.

>> Les curieux peuvent retrouver la science de Big Bang Theory sur le blog Big Blog Theory

Propos recueillis par Philippe Berry

Commentaires

Bonjour

Ne soupçonnant pas la simplicité fondamentale de l'univers, trompés par son effarante complexité de surface, nous nous sommes laissés aller à nous réfugier en ces bénéfiques mathématiques qui déjà nous permettaient de le contrer, de le circonvenir et de le manipuler
le moins péniblement possible, pensant grâce à elles, pouvoir le démasquer.
Malheureusement, ces séduisants outils nous ont finalement rendus complètement aveugles,
nous empêchant de comprendre, de "voir" ce qu'était réellement, concrètement, simplement cet univers.

www.liberes-des-mathematiques-savoir-enfin-ce-qu-est-l-univers.net

(Page 65, le chapître “ Ce qu'est la lumière " expose la succession d’erreurs qui nous ont
égarés et amenés à inventer une physique "mathématique", puis une physique "relativiste”
et enfin une physique "quantique”, après avoir abandonné la Physique tout simplement
"physique", d'emblée naturellement et entièrement compréhensuble.)

Bien cordialement Jean Vladimir Térémetz

Écrit par : Jean Vladimir Térémetz | 08/11/2011

Sympa cet article :)
J'ai fait tourner...
Je suis agréablement surprise de lire des infos sur une série dont on parle finalement assez peu alors que c'est une sitcom incontournable !

Écrit par : Christ | 02/12/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu