Avertir le modérateur

03/10/2012

«666, Park Avenue»: Fifty shades of guilty pleasure

666.jpg

Le pitch

Un jeune couple n'a pas de quoi se payer le loyer d'une luxueuse résidence de l'Upper East-side new-yorkais. Qu'à cela ne tienne, le mystérieux propriétaire leur propose de devenir les managers d'un immeuble où les rêves de chacun peuvent se réaliser. A un certain prix.

Le trailer

L'avis: on enregistre

L'été a eu son roman «fout la honte». 666 Park pourrait bien devenir le guilty pleasure de l'automne. ABC mise sur la tendance du moment: le sexy-scary. Pour les frissons, il faut le dire très vite, car on est quand même loin d'American Horror Story. Ici, c'est plutôt ambiance «portes qui claquent alors que la jolie blonde marche dans le couloir en nuisette». Mais grâce à un Terry O'Quinn qui maîtrise toujours aussi bien l'art du sourcil levé mi-affable, mi-flippant, on a quand même envie de voir où le show va aller, au moins pour deux épisodes. Un bon complément à Revenge, le dimanche soir.

--P.B.

«Made in Jersey»: Objection à la médiocrité

Janet-Montgomery-of-CBS-Made-in-Jersey.jpg

Le pitch

Martina Garretti n'est pas passée par Harvard et n'a pas les connections de papa. Mais cette jeune avocate a appris à se débrouiller dans les rues du New Jersey et compte bien s'imposer dans une prestigieuse firme new-yorkaise.

Le trailer

L'avis: On zappe

Martina Garretti n'est pas adepte du GTL (gym, tan, laundry) rendu célèbre par l'émission de téléréalité Jersey Shore, mais les clichés ne sont pas bien loin. Parce qu'elle italo-américaine, elle se bat forcément avec ses cheveux, et sa famille est fatalement envahissante. Pour le reste, voici une nouvelle série d'avocats générique. La dure réalité pour Made in Jersey, c'est que: la carte girly/sexy fonctionne mieux dans Fairly Legal, The Good Wife est un bon drama et Suits un vrai guilty pleasure. Direction, la prison.

--P.B.

 

02/10/2012

«Homeland» revient fort

Homeland.jpg

>> Achtung, spoilers sur la saison 1

Auréolé de son sweep aux Emmys (meilleurs drama, scénario et acteurs pour Lewis et Danes), Homeland est revenu dimanche soir aux Etats-Unis. Sans son ressort dramatique majeur (Brody, taupe ou pas taupe?), le show pourrait-il continuer sur son rythme infernal? Trois fois oui, répond ce premier épisode, qu'on passe assis au bord du canapé à se bouffer les ongles.

On reprend six mois plus tard. «Congressman Brody» s'est à peine installé dans son bureau que le vice-président songe à en faire son colistier tandis qu'Abu Nazir lui rappelle qu'il a une mission à mener. Carrie, elle, a un peu le cerveau en compote après son traitement de choc(s) et tente d'oublier la CIA en corrigeant des exams d'anglais.

Le calme ne dure évidemment pas longtemps. Quand son pays l'appelle, elle répond présente. Notre Jack Bauer névrosée préférée doit vite faire ses valises pour aller parler à une source à Beyrouth, qui a des infos sur une attaque.

L'une des forces de Homeland, c'est que même quand les ficelles sont grosses, la performance des acteurs sauve la mise. Danes, parfois agaçante quand elle pleurniche, reste très forte et son petit sourire en fin d'épisode vaut de l'or noir. Brody/Lewis, lui, se trouve encore tiraillé entre deux extrêmes et les scènes avec sa fille, tout en non-dits, fonctionnent à merveille. Surtout, comme dans Breaking Bad, les scénaristes semblent exactement savoir où ils vont et on échappe à ce flottement présent dans Dexter ou dans Lost. En espérant que ça dure.

--Philippe Berry, à Los Angeles

 

Votre avis sur ce retour ?Quel est le meilleur drama actuel, selon vous: Homeland, Breaking Bad, Sons of Anarchy, Mad Men, Justified ou Game of Thrones?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu